En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à personnaliser votre visite et établir des statistiques.

Voici peut-être la technique de base la plus importante à connaître et à maîtriser pour un sculpteur sur ballon.

Comment gérer et répartir la pression d'air harmonieusement du début à la fin d'une sculpture en ballon pour éviter, s'il y a trop de pression, qu'elle n'explose ou au contraire, s'il n'y en a pas assez, qu'elle ne se défasse toute seule.

 

Tutoriel Vidéo

Cliquer pour faire basculer l'affichage

Bonjour !

J'aimerais parler avec vous du contrôle de l'air.

Je ne parle pas de l'air qu'on respire, mais du contrôle de l'air qu'on insuffle dans les ballons.

Deux problèmes peuvent se présenter à vous.

Premier cas de figure,le ballon est beaucoup trop gonflé ! Il est très comprimé, et l'air arrive presque jusqu'au bout.

Second cas de figure, au contraire, le ballon n'est pas assezgonflé du tout ! Il est tout mou et il y a beaucoup trop de marge au bout.

Commençons par celui qui est trop gonflé.

L'idée, c'est de garder l'air le plus possible, à l'avant du ballon. Et surtout, surtout... de ne pas le pousser vers l'arrière.

Alors déjà pour commencer, on va tricher un peu en tirant sur le nœud, de manière à récupérer de la place, et permettre à l'air de se loger dans un peu plus d'espace supplémentaire.

Ensuite on va faire très attention à ne pas appuyer sur le ballon plus que nécessaire, et on va garder le ballon aussi comprimé que possible.

Pour cela, exceptionnellement, on tournera le ballon le moins possible, parce que plus on tourne le ballon, et plus on pousse l'air vers l'arrière. Et ça, on veut absolument l'éviter !

Donc, juste un petit tour, ça suffit.

Alors évidemment, quand le ballon est très comprimé comme ça, il faut mieux le manipuler avec plus de précautions et un peu plus lentement que d'habitude.

Et vous voyez que pour l'instant, j'ai réussi à conserver ma marge au bout du ballon, tout simplement en limitant les tours de bulles, et en évitant d'appuyer sur le ballon.

Ah ! Là je suis arrivé au bout du ballon et je n'ai plus aucune marge.

Nous allons encore tricher un peu. Au lieu de faire des segments les uns après les autres, je vais diviser le reste de mon ballon en deux, juste en deux segments de pression équivalente. Et plus tard, eux aussi, je vais les diviser en deux.

Vous allez voir, de cette manière, je répartis équitablement la pression du ballon entre les quatre derniers segments.

Je vérifie...

Oui la pression et bien équilibrée dans les pattes avant, le ventre, les pattes arrière, et la queue.

J'essaie quand même de donner une forme un peu plus naturelle à la queue, et voilà!

Pour récapituler, si votre ballon est trop gonflé, il faut s'assurer que la pression ne se libère pas tout de suite vers l'arrière du ballon, mais qu'elle reste équilibrée, du début à la fin de votre sculpture.

Maintenant, avec le ballon sous-gonflé, nous allons faire tous le contraire.

Quand le ballon était trop gonflé, on essayait de conserver l'air vers l'avant. Là, au contraire, notre stratégie sera de chasser l'air le plus possible vers l'arrière du ballon. Et même si c'est nécessaire, on peut coincer le ballon entre le bras et les côtes pour forcer l'air encore plus loin en arrière.

Et là regardez, on a déjà réussi à bien raccourcir la réserve.

Bon ensuite c'est comme d'habitude, sauf qu'on va tourner le ballon le plus de fois possible sur lui-même, lorsqu'on forme les bulles.

Donc au lieu de tourner trois fois, vous allez tourner... allez, dix fois si nécessaire !

Rappelez-vous, les tours de ballons prennent la place de l'air et le pousse vers l'arrière. Et dans ce cas, c'est exactement ce qu'on veux faire.

Donc, on appuie bien sur le ballon en formant les bulles, et on continue régulièrement à chasser l'air du ballon vers l'arrière, dès que la pression de l'air se reconstitue après quelques bulles.

Il faut utiliser toute la pression des deux mains, et même du bras s'il le faut.

À chaque blocage des bulles, par exemple là, au niveau des pattes, on continue de tourner le ballon plus que nécessaire.

Et on continue comme ça, à chaque fois en appuyant un peu plus, pour former les bulles et les différentes sections du ballon.

Et cette fois-ci, on peut se permettre de biens accentuer la forme naturelle de la queue et du ventre

Et au final, regardez... on a complètement rattrapé l'énorme marge de ballon vide qu'il y avait au départ.

Maintenant, comparons les deux figurines...

Vous voyez qu'en dépit d'un très mauvais gonflage au départ, nous avons tout de même réussi à faire nos petits chiens dans les deux cas, et sans les exploser, ou au contraire sans qu'il se défasse tout seul.

Et tout ça simplement en maîtrisant la pression de l'air.

Le contrôle de l'air est primordial !

C'est la différence entre un pro et un débutant, la différence entre un ballon qui explose dans les mains d'un pauvre enfant, ou à l'opposé d'un ballon qui se défait tout seul par manque de tonicité.

Alors, entraînez-vous à contrôler l'air des ballons !

Je vous dis :  à bientôt... pour une autre leçon avec... Môssieur Ballon !

 

Photos détaillées de chaque étape

 

1- Pour nous entraîner, nous allons faire deux versions du classique petit toutou (voir le tutoriel du toutou). Le premier ballon ne sera pas assez gonflé, tandis que le second le sera beaucoup trop.
2- Prenez le ballon sous-gonflé (avec une marge bien plus large que la main). La tactique sera simple, il faudra utiliser le plus de latex possible... et le moins d'air possible !
3- Commencer par « écraser » le ballon près du nœud, pour pousser la pression de l'air vers l'extrémité du ballon. Si nécessaire utiliser les deux mains pour repousser l'air encore plus loin.
4- Faire la première bulle en effectuant 2 ou 3 fois plus de rotations que d'habitude (7 ou 8 rotations au minimum) pour « dépenser » le plus de latex possible.
5- Une fois la première bulle terminée, bien « écraser » à nouveau le ballon pour chasser la pression de l'air qui s'est reconstituée à la suite de cette première bulle.
6- Faire une deuxième bulle à nouveau en effectuant beaucoup plus de rotations que nécessaire, toujours dans le but d'utiliser plus de latex que nécessaire.
7- Ne pas oublier ensuite de chasser à nouveau la pression de l'air vers l'extrémité du ballon.
8- Puis faire la troisième bulle de la même manière.
9- Et ainsi de suite pour chacune des bulles suivantes.
10- Après quelques bulles confectionnées de la sorte, la marge à l'extrémité du ballon s'est considérablement amenuisée.
11- Et en fin de compte, on obtient une sculpture avec une pression d'air parfaitement équilibrée du début à la fin de sa conception.
12- Pour le ballon qui a été trop gonflé, nous allons adopter la tactique exactement inverse. Il faudra utiliser le plus d'air possible... tout en utilisant le moins de latex possible.
13- Une première astuce consiste à agripper le nœud du ballon...
14- et à le tirer en arrière afin de le déplacer et libérer les quelques centimètres de latex pris dans le nœud (si le nœud n'a pas trop été serré au départ).
15- Puis, retourner le ballon,
16- Et appuyer fortement sur l'extrémité du ballon pour que l'air retourne se loger dans l'espace de latex qui a été libéré près du nœud de ballon.
17- Avec un peu de chance, on peut ainsi gagner quelques centimètres de marge supplémentaire.
18- Voici l'emplacement, un peu déformé, où l'air a pu se reloger tout près du nœud, libérant autant d'espace à l'extrémité du ballon.
19- Commencer la première bulle en effectuant le moins de rotations possible (une ou deux au maximum).
20- On confectionne la deuxième aussitôt après. La pression de l'air dans les bulles étant plus élevée, elles seront un peu plus fragiles, il faudra donc les manier un peu plus délicatement.
21- Et on continue ainsi de suite… en n'appuyant surtout pas sur le ballon pour réduire la pression de l'air qui au contraire doit rester élevée.
22- Après quelques bulles confectionnées de la sorte, il reste encore de la marge à l'extrémité du ballon (quasiment autant qu'il y en avait sur le premier ballon au même stade de développement).
23- Et en fin de compte, ici aussi, on obtient une sculpture avec une pression d'air parfaitement équilibrée du début à la fin du modèle.
24- Voici les deux sculptures côte à côte. La seule différence notable c'est qu'il y en a une plus large et l'autre plus menue, mais les proportions des deux sculptures sont harmonieuses et sont sensiblement les mêmes.
25- Voilà, à vous de jouer maintenant !

Et c'est la fin de notre leçon !

 

Document-pdf Télécharger la fiche PDF avec les photos détaillées de chaque étape